Accessoires de mode

LA SECONDE MAIN :

UNE TENDANCE 

ÉCORESPONSABLE EN PLEINE ASCENSION

La seconde main est de plus en plus populaire auprès des consommateurs français. Selon Xerfi, en 2019, le marché de l’occasion représentait 7 milliards d’euros, dont 1 milliard rien que pour
le textile ! 


On a voulu s’intéresser de plus près à ce marché en plein essor qui nous intrigue et nous motive de plus en plus chez Little BY Little.

Car finalement donner une seconde vie aux objets, les transmettre ou même les upcycler, est sans doute l’une des réponses les plus efficaces à la surproduction actuelle et donc à un certain nombre de problématiques écoresponsables.

 

 
 

LA SECONDE MAIN & LA MODE

Il y a quelques temps, on vous annonçait une bonne nouvelle : en 2028, le marché de la seconde main dépassera celui de la fast fashion. Et pour compléter on sait que en 2019 déjà, « 60% des Français achetaient des vêtements de seconde main » selon une étude IFOP

Les plus gros consommateurs de seconde main sont les 25-37 ans. C’est une étude menée par Thred Up qui révèle que les Millennials sont le groupe de tête parmi les consommateurs de seconde main. Les 18-24 ans, eux, représentent 16%.

Les Millenials ne sont pas les seuls à avoir été séduits par la seconde-main. Les parents eux aussi se tournent vers la seconde main pour les habits de leurs petites têtes blondes. Un phénomène qui a été fortement accéléré par la crise du COVID 19 et dont on peut se réjouir !

Les plateformes de seconde main sont de plus en plus nombreuses : Vinted, United Wardrobe, Vestiaire Collective etc. ;

et de plus en plus populaires. Vinted par exemple compte plus de 12 millions d’abonnés en France. 

Toutefois, d’après une enquête menée par Kantar sur le marché français de l’habillement de seconde main, ‘66% des Français interrogés aimeraient pouvoir déposer en point de vente des articles pour le don ou la revente, 51% souhaiteraient trouver des offres de seconde main en boutique, et 37% préfèrent voir et toucher les produits lorsqu’il s’agit d’articles d’occasion’.

La seconde main en magasin a donc un fort potentiel, et permettrait de lever certains freins à l’achat d’occasion.


C’est d’ailleurs dans cette optique et selon ce constat que notre partenaire Freepry a développé sa solution afin que marques et magasins puissent proposer des articles de seconde main en boutique, que l’on peut voir et essayer, puis acheter, au prix juste pour acheteur et vendeur.

 
Image de Brooke Cagle

LES MEUBLES & LA DECO

Côté meubles et déco, la seconde main semble également avoir séduit le cœur des Français.

Selon les résultats d’un sondage PollFish réalisé par le Site-annonce.fr, près de 8 Français sur 10 achètent des meubles d’occasion. L’étude révèle également que 79% des Français achètent entre 2 et 6 meubles d’occasion par an. Un bon pas vers un mode de consommation plus responsable !

On le sait, la COVID 19 a eu un réel impact sur le mode de consommation des Français, qui se tournent en plus grand nombre vers le Bio dès qu’il s’agit d’alimentation, de cosmétiques et même de mode (lire notre article ici).
Comme le Bio, le mobilier de seconde main a également le vent en poupe, comme le démontrent ces chiffres du sondage PollFish :  ‘ À la suite du covid-19, plus de la moitié des Français (52,8%) ont changé leurs habitudes d’achat pour se tourner vers le mobilier d’occasion. Ils sont aussi 52% à penser en acheter davantage dans l’avenir’.

Beaucoup se tournent vers des sites de petites annonces en ligne pour effectuer leurs achats, tels que Leboncoin (45,71%), eBay (16,07%) et Emmaüs (14,07%). Ces sites offrent une multitude de possibilités aux chineurs en quête de perles rares et sont une aubaine en période de confinement.  Pour les amateurs de brocantes et de pièces rares,

la plateforme Selency est une excellente alternative et a d’ailleurs de beaux jours devant elles.

Pensez à ces solutions aussi bien pour acheter vos meubles que pour vendre ceux dont vous n’avez plus l’utilité avant de vous précipiter à la déchetterie ; vous serez étonnés de voir que la demande est présente même pour ce qu’on pense parfois complètement démodé ou inutilisable.

Music Store Vintage
Image de Becca McHaffie

LA SECONDE MAIN GAGNE LE COEUR DES FRANÇAIS

... ET DONC DES MARQUES

Avec ce nouveau phénomène, les modes de consommation sont en train de changer et la distribution a bien compris qu’elle avait intérêt à prendre ce virage rapidement pour ne pas perdre ses clients. Certaines marques ont donc compris l’importance d’une consommation plus responsable et son poids dans le discours de marque, et ont développé leurs propres plateformes de seconde-main.

Cyrillus a par exemple créé secondehistoire.fr, un site collaboratif qui permet à ses clients de revendre ou donner leurs produits.

Côté enfants l’entreprise Okaïdi a créé la plateforme ïdtroc qui vous permet de donner une seconde vie vos vêtements OKAÏDI-OBAÏBI et JACADI.

Nous avons encore beaucoup d’autres exemples pour illustrer son phénomène :

Face à cette tendance, la grande distribution s’est elle aussi lancée, enfin. Auchan, par exemple, a installé des rayons seconde main multimarques dans 40 de ses hypermarchés.

Le secteur du luxe a lui aussi rejoint le mouvement : des marques comme Burberry et Gucci proposent aussi de la seconde main.

Il ne faut pas pour autant en perdre son esprit critique : demandez-vous toujours pourquoi les entreprises ont fait ce choix et questionnez la cohérence de leur démarche pour ne pas risquer de tomber dans le piège du greenwashing… privilégiez ensuite les solutions qui vous paraissent les plus saines et sincères.

 

QUELQUES CONSEILS POUR BIEN SHOPPER EN SECONDE MAIN

Image de Harry Cunningham

Nous avons aujourd’hui accès à de nombreuses plateformes pour acheter des produits de seconde main, que ce soit pour la mode ou pour les meubles et la déco. Il est toutefois parfois difficile de s’y retrouver. On vous donne ici quelques conseils pour acheter de la seconde main sans vous faire avoir et pour consommer de manière raisonnée.

Regardez les prix du neuf

Pour ne pas tomber dans le piège de ceux qui voient la seconde-main comme l’opportunité de se faire de l’argent, faites des recherches sur le produit que vous avez en tête, et regardez notamment les prix du neuf. En fonction de ce prix, vous pourrez déterminer votre budget pour un produit d’occasion, et surtout éviter de payer un prix trop élevé (c’est aussi ce qu’on recherche quand on se tourne vers le marché de l’occasion, des produits bien moins chers que le neuf !).

Regardez les notes et les commentaires du vendeur

Les notes et commentaires données au vendeur sont un bon indicateur de son sérieux, et vous permettront d’éviter bien des ennuis. Aussi, cela vous permettra d’éviter d’investir dans des articles ou des produits dont vous ne saurez quoi faire.

Pensez à acheter local

Essayez au maximum de privilégier les offres situées près de chez vous et au plus loin dans votre région avant d’envisager d’étendre vos recherches à la France entière. Cela vous permettra d’économiser des frais de port mais surtout de limiter la pollution liée au transport ! Vous pourrez aussi vous rendre sur place et éventuellement voir le produit avant de conclure la vente, de quoi vous éviter quelques désagréments.

 

Pensez à l’économie sociale & solidaire

On pense particulièrement à la fondation Emmaüs, où vous pourrez trouver facilement votre bonheur : vêtements, meubles, accessoires, livres, vaisselle et plus encore ! Cette véritable caverne d’Ali Baba est devenue très rapidement une des références de la seconde-main, de l’occasion.

En achetant vos produits d’occasion via ce type de réseau solidaire, vous contribuez à une consommation plus responsable, vous faites de bonnes affaires mais surtout vous permettez à la communauté d’exister :  Emmaüs a par exemple été créée pour favoriser l’insertion par le travail.

Soyez acheteur… et vendeur

Pour s’y retrouver financièrement et réellement contribuer au maximum à la durabilité du marché de l’occasion, on vous conseille non seulement d’y avoir recours pour acheter mais aussi pour vendre. C’est ainsi que vous aurez le maximum de bénéfices. Côté acheteur, vous avez des petits prix et comblez facilement les manques de petits objets, meubles, jouets ou vêtements pour toute la famille. Côté vendeur, vous videz et débarrassez, et vous récupérez une enveloppe budgétaire pour ce que vous comptez acheter… C’est particulièrement efficace pour l’achat des vêtements pour enfants qui ont une durée de vie éphémère au sein d’une même famille mais qui peuvent profiter à plusieurs enfants si l’on considère la seconde main.

Assiettes et bols assortis
Magasin d'antiquité
 

LES LIMITES DE LA SECONDE MAIN

La seconde main est une des étapes incontournables si vous souhaitez aller vers un mode de consommation plus responsable.

Il faut toutefois éviter de tomber dans certains pièges et veiller à raisonner sa consommation. Que ce soit pour la mode, le mobilier ou encore la décoration, acheter de seconde main ne doit pas vous empêcher de vous poser ces questions :

  • Est-ce que j’en ai vraiment besoin ?  

  • En ai-je besoin immédiatement ?

  • Est-ce que je possède déjà quelque chose de similaire ?

  • Quelle est l’origine de ce produit ?

  • Est-ce que ce produit m’est vraiment utile ?

Ces 5 questions (connues sous le mnémotechnique B.I.S.O.U)
vous permettront d’éviter les achats compulsifs et de ne pas céder à la surconsommation. En effet, la seconde-main n’est pas le gage absolu d’une consommation responsable, et il en va de la responsabilité de chacun de raisonner ses achats.

Posts les petites choses.png

Il est important de se rappeler que la seconde main ne fait sens que si elle permet d’endiguer réellement la surconsommation. Nous avons encore du progrès à faire en la matière : selon Dream Act, 30% des vendeurs se séparent de leurs biens uniquement pour gagner de l’argent afin d’en racheter des neufs.

De nombreuses entreprises bien connues du grand public se sont déjà lancées dans la seconde main, mais cela ne suffit pas. Il est important de questionner la démarche de celles-ci et leurs objectifs. Zalando par exemple avec son espace « Pre-owned » dédié à la seconde main, propose aux consommateurs en échange de leur ‘bonne action’ une livraison gratuite et des crédits à utiliser sur le site.

Cela n’endigue pas vraiment le phénomène de consommation et contribue à déculpabiliser les consommateurs à se tourner vers les nouvelles collections.

Zalando n’est pas la seule entreprise à qui l’on pourrait reprocher d’alimenter la surconsommation. Le géant de la seconde main Vinted a lui aussi été pointé du doigt : les prix attractifs sur la plateforme encouragent la consommation et risquent d’entretenir la frénésie d’achats de certains.

Enfin, le marché de la seconde main et son développement ne semblent pas coïncider avec une limitation de la fabrication et de la vente de produits neufs. C’est pourtant ce vers quoi nous devrions tendre si nous voulons qu’il y ait un réel impact positif sur l’environnement.

En bref si le marché de la seconde main souhaite devenir une alternative durable pour le monde de demain, il doit marquer une vraie rupture avec le modèle de la fast-fashion et de la surconsommation d’une manière générale, et non le prolonger.

 
 

DÉCOUVREZ NOS UNIVERS

Direction eucalyptus
Woman%20in%20a%20Greenhouse_edited.jpg
17847746765302699.jpg

LITTLE BY LITTLE

Être utile au monde
Concevoir et animer le premier réseau français engagé pour l'économie durable
de demain

LE LAB.

Le réseau français éco-responsable
engagé pour une économie durable

LE BLOG

Les Petites Choses
Les gestes pour un quotidien
éco-responsable