Listening to Music_edited_edited.jpg

LA MUSIQUE ÉCORESPONSABLE

Sound on : la fête de la musique est là ! Une belle occasion de marquer le début de l’été et de profiter d’un doux moment avec ses proches au son des plus chouettes mélodies actuelles ou même des classiques que vous ne vous lassez pas d'entendre !

Et c'est aussi l’opportunité de dire au revoir aux plateformes de streaming le temps d’une journée, et de profiter de la musique autrement, pour le plus grand bien de la planète.

 

Car si vous l'ignoriez, consommer de la musique de façon aussi récurrente et libre que bon nombre d'entre nous pollue... Alors, face à ce constat, loin de nous l'idée de vous culpabiliser et de vous demander d'abandonner la playlist de vos coups de coeur que vous peaufinez depuis 5 ans.... Non, nous avons juste voulu nous pencher sur la musique écoresponsable et les alternatives aux plateformes de streaming qui se sont tant démocratisées, pour voir si, à notre échelle, on peut agir sur ce phénomène !

 

 
 

ÉCOUTER DE LA MUSIQUE POLLUE ? 

Vous l’ignoriez peut-être, mais l’industrie musicale est très polluante.

Pendant des années, les préoccupations écologiques se portaient principalement sur le fait de freiner la production d’emballages en plastique, et à raison ! Les pochettes de disques compacts, les jaquettes de DVD, de vinyles et de cassettes audio ont été responsables de millions de kilos de déchets plastiques depuis les années 70. En 1977, les vinyles étaient responsables de la production de 58 millions de tonnes de plastiques. 23 ans plus tard, les CD ont pris le relais, produisant pas moins de 61 millions de tonnes de plastiques.

Mais qu’en est-il aujourd’hui, à l'heure où la musique s'est dématérialisée ?

Les universités de Glasgow et d'Oslo ont récemment effectué une étude intitulée « le coût de la musique », qui démontre que le monde du streaming est loin d'être vert !

L’arrivée du streaming a marqué un nouveau tournant :  moins de plastique, plus de CO2.

Selon l'étude, cette nouvelle ère du streaming produit beaucoup plus de CO2 que l'ère des cassettes et des CD, en raison du stockage massif que cela nécessite sur des serveurs un peu partout à travers le monde. Loin d’être intuitif, ce constat est pourtant bien réel. Les émissions de gaz à effet de serre sont passées de 140 millions de kilogrammes en 1977 à 157 millions en 2000. Plus alarmant encore, en 2016 on estimait ces émissions de CO2 liées au streaming entre 200 et 350 millions de kilogrammes rien que pour les États-Unis.

Une étude menée par music MusicTank a également démontré qu'écouter un album en streaming plus de 27 fois est plus coûteux énergétiquement que de produire son équivalent en CD. Alors faut-il préférer les CD et les vinyles aux plateformes de streaming ?

Les vinyles sont revenus sur le devant de la scène et il est difficile de ne pas se laisser tenter par ce bel objet vintage. Si vous voulez succomber à son charme, on vous suggère de vous tourner vers la seconde main : le vinyle est constitué à 43% de PVC, l’une des substances les plus toxiques à saturer notre planète selon Greenpeace. Inutile de participer à l’accélération de la production de vinyles, qui ne serait pas plus bénéfique pour la planète.

En bref, loin de nous l’idée de vous inciter à arrêter de consommer de la musique. Bien au contraire !

Comme toujours, le plus important est de comprendre l’impact de notre comportement et les coûts qui sont liés à celle-ci... pour ensuite mieux consommer, ou tout du moins à consommer différemment.

Si la musique est devenue plus accessible et moins coûteuse pour le consommateur, la facture est élevée pour l’environnement. Vous l’aurez compris la musique, même en 2021, est loin d’être neutre en termes d'impact environnemental.

LES ALTERNATIVES POUR LIMITER L'IMPACT DE LA MUSIQUE

Le premier conseil que l’on peut vous donner, et qui s’applique d’ailleurs à tous les domaines, est de moins consommer tout simplement ! Mais parce que l’on sait que ce n’est pas évident, et que comme vous, on adore écouter de la musique, on vous propose d’autres alternatives.

Le streaming est très énergivore, car il demande un travail constant de serveurs qui puisent beaucoup d’électricité.

Alors si vous n’êtes pas prêts à lâcher vos plateformes de stream préférées, on vous donne quelques gestes simples qui vous permettront déjà de limiter votre impact :

  • Téléchargez vos musiques/playlist favorites en wifi pour les écouter par la suite en hors connexion. Cette astuce permet d’alléger la bande passante et donc de réduire la consommation en énergie des serveurs.

  • Réduisez la qualité sonore. Cela permettra également de réduire la bande passante.

  • Retirez la fonction lecture automatique (c’est particulièrement pertinent pour des plateformes comme Youtube) pour vous assurer que votre téléphone n’est pas en train de faire tourner une musique ou une vidéo alors que vous n’êtes plus là / que vous vous êtes endormis.

  • Faites de la musique un moment de partage ! On le sait, la tendance est à la surconsommation : à la maison, tout le monde est équipé d’un smartphone ou d’un ordinateur et peut écouter selon ses envies sa propre musique. Or pour être moins énergivore, le mieux est d'inverser la tendance ! En plus de vous retrouver un peu plus avec vos proches et de partager vos découvertes musicales, cela diminuera considérablement le nombre d’appareil mobilisés pour écouter de la musique.

 

Si vous être prêts à aller plus loin dans votre démarche, on a encore quelques conseils pour vous !

Les festivals écologiques

festival Crowd

Si vous êtes adeptes des festivals et soucieux de votre impact environnemental, on vous conseille de favoriser les festivals plus écologiques. Une manifestation musicale regroupant 1000 personnes représente l’équivalent de 500 kg de déchets par jours, et de 30 000 litres d’eau, ce qui représente un coût environnemental important !
Et on le sait, rares sont les festivals qui regroupent 1000 personnes ou moins. L'importance de se tourner vers des festivals qui favorisent des choix écoresponsables est donc capitale. 

Parmi les facteurs de pollution des festivals, on peut compter les installations, les stands de nourriture et de boissons, les équipements sanitaires et les groupes électrogènes. Tous polluent énormément, et la liste pourrait encore s'allonger car la sur-consommation y règne souvent. On vous invite donc, tout en profitant de ces moments précieux, d'adopter les bons gestes pour ne pas contribuer à la pollution massive des sols, par exemple.

Bonne nouvelle pour vous, de nombreuses initiatives ont déjà été mises en place pour rendre ces festivals un peu plus écoresponsables.

Gobelets recyclables, toilettes sèches ou encore éclairages LED sont les alternatives proposées par certains organisateurs.

Et les bonnes idées n’en finissent pas de fleurir : un collectif Allemand a proposé une alternative aux groupes électrogènes très polluants.

En remplaçant l’essence par des panneaux photovoltaïques, on pourrait rendre les équipements autosuffisants et limiter leurs émissions de gaz à effet de serre !

 

Les plateformes de streaming écoresponsables

Tournez-vous vers les plateformes de streaming écoresponsables (oui oui elles existent !). Parmi elles on retrouve Feedbands, une plateforme de streaming écolo pour musique indépendante. Le concept ?

Plus vous écoutez de la musique, plus Feedbands plante des arbres pour vous : à chaque fois que vous écoutez 100 morceaux sur leur plateforme un arbre sera planté. Et d’après la start-up, cela correspondrait à plus de 5 000 arbres déjà plantés depuis le lancement de la plateforme.

 

Ces plateformes restent peu présentes dans le monde su streaming on vous l’accorde, mais elles méritent d’être valorisées !

Et si vous avez du mal à abandonner Deezer, Spotify, Youtube Music etc, commencez par télécharger vos musiques et playlists préférées : cela vous permettra déjà de couper la 4G et le Wifi et de donner un peu de répit à la planète.

Image de Eric Nopanen

Vous l’aurez compris, écouter de la musique c’est bien, mais de manière responsable c’est mieux !
Si vous voulez réduire votre impact environnemental personnellement et écouter de la musique en polluant moins, vous pouvez aussi descendre dans la rue ce lundi 21 Juin pour profiter de la fête de la musique (dans le respect des gestes barrière 😉) et laisser de côté le temps d’une soirée les plateformes de streaming pour vivre la musique en live : rien de tel pour votre bien-être et celui de la planète !

 
 

DÉCOUVREZ NOS UNIVERS

Direction eucalyptus
Woman%20in%20a%20Greenhouse_edited.jpg
17847746765302699.jpg

LITTLE BY LITTLE

Être utile au monde
Concevoir et animer le premier réseau français engagé pour l'économie durable
de demain

LE LAB.

Le réseau français éco-responsable
engagé pour une économie durable

LE BLOG

Les Petites Choses
Les gestes pour un quotidien
éco-responsable