IMG_2547_edited.jpg

CORONAVIRUS, CONFINEMENT, ENVIRONNEMENT  ET CONSOMMATION

Nous le savons tous, l’épidémie de coronavirus et surtout le confinement mis en place au mois de mars en France a eu un impact sur notre consommation et nos modes de vie. Avec plus de temps, moins de mobilité et enfermés chez nous, beaucoup ont révisé leurs modes de consommation pour se concentrer sur le local.

Ainsi en France, 27% de personnes interrogées se rendent davantage dans les commerces de proximité, principalement pour soutenir l’économie locale mais aussi à 57% pour réorienter leur consommation vers le local, un geste que plus de la moitié a l’intention de maintenir après le déconfinement. La crise a aussi permis d’accélérer l’attention portée à la qualité de l’alimentation : le bio et les achats de produits 'de qualité' (viandes…) explosent. 

A un niveau plus global, l’arrêt de la plupart des activités, y compris les plus polluantes comme le trafic aérien, maritime et routier, a permis à la planète de respirer à nouveau pendant quelque temps avec une baisse record des émissions de gaz à effet de serre. En France, on estime une diminution de 45 millions de tonnes de gaz à effet de serre pendant la période de confinement. Au niveau mondial, l'Agence internationale de l'énergie prévoit un recul de 5 % pour 2020.

 
Trees

Un peu de répit pour la planète...

Ainsi, l’épidémie, au-delà du confinement, pourrait avoir sauvé d’autres vies sachant que d’ordinaire, la pollution atmosphérique est responsable de plus de 1,1 millions de morts par an. L’avenir nous dira si tel est vraiment le cas…

La biodiversité, enfin, a bénéficié de l’arrêt des activités humaines, avec de nombreux cas de réapparition de plantes et d’animaux dans des lieux qu’ils avaient depuis longtemps désertés. Des cerfs aux singes en passant par les pumas et les sangliers, la faune a profité de ce répit un peu partout dans le monde. La flore n’est pas en reste : l’arrêt de la tonte et de l’entretien des espaces verts a permis par exemple à des orchidées rares de fleurir en ville, surprenant au passage tous les spécialistes. 

 
Masques_tissu_Covid19.jpg

Mais tout n’est pas si reluisant et nous devons rester très vigilants : si les magasins étaient fermés, c’est le commerce en ligne qui a remplacé le shopping, avec son lot de transports et d’emballages. L’arrivée du coronavirus a aussi marqué le grand retour du plastique à usage unique et des objets jetés au bout de quelques heures d’utilisation : comprenez les masques, gants, blouses en plastique, flacons de gel, mais aussi l’abandon du vrac au profit de produits sur-emballés…. L’utilisation massive de ces produits par les hôpitaux, présenté comme la seule chose qui nous permette de nous protéger est un désastre écologique.

Quelques chiffres pour bien se rendre compte de l’urgence : si, comme il est recommandé de le faire, nous utilisons 2 à 3 masques jetables par jour, en un an, cela pourrait représenter plus de 300 000 tonnes de déchets plastiques supplémentaires.

Et ce n’est pas tout : au-delà des chiffres, ce sont nos habitudes qui prennent le mauvais chemin avec la banalisation du « tout jetable ». Alors que le réutilisable semblait se frayer un chemin dans nos habitudes, ce progrès est aujourd’hui remis en question et il semble à nouveau banni de notre quotidien. 

Heureusement, il existe des initiatives contre cette tendance. Du remplissage des bouteilles de gel hydroalcoolique aux masques réutilisables en tissu, des efforts sont faits pour lutter contre une catastrophe écologique qui viendrait empirer la situation actuelle et s’ajouter à la crise sanitaire que nous traversons. Pensez-y et gardez vos bonnes habitudes !

 

Penser le 'monde d'après'

Qu’avons-nous appris de cette crise ? Depuis le déconfinement, les activités polluantes ont repris de plus belle et notre retour à la vie 'normale' a pu mettre à mal nos bonnes résolutions en matière de consommation. Mais restons positifs : même si le 'monde d’après' risque fortement de ressembler au monde d’avant, cette crise a pu être le déclic pour certains et un petit pas de plus vers une prise de conscience des efforts qu’il nous reste à faire. C’est en tout cas notre cas chez Little BY Little et nous sommes bien décidés à continuer à nous passer des grandes surfaces au profit des petits commerçants locaux notamment ! 

Cette tendance semble confirmée car on observe que loin de l’explosion de la consommation de produits non-essentiels lors de la réouverture des magasins, on voit plutôt une prise de recul durable sur les priorités dans les achats. Ainsi, il y a fort à parier que la seconde main semble va continuer à s’inviter dans les habitudes des français : 40% des consommateurs de mode déclaraient déjà avoir acheté une pièce d’occasion fin 2019 (contre 15% il y a 10 ans). 

Suite au confinement, 46% des français pensent qu’ils vont consommer moins, en majorité parce que cette période leur a permis de rendre conscience qu’il y a une trop grande consommation générale. Et 70% d’entre eux souhaitent aussi consommer plus responsable durablement ! Espérons donc que l’environnement aura finalement bénéficié du confinement, ce qui fait au moins un point positif face au COVID, que l’on souhaite tous voir disparaître au plus vite... 

 
 

DÉCOUVREZ NOS UNIVERS

Direction eucalyptus
Woman%20in%20a%20Greenhouse_edited.jpg
17847746765302699.jpg

LITTLE BY LITTLE

Être utile au monde
Concevoir et animer le premier réseau français engagé pour l'économie durable
de demain

LE LAB.

Le réseau français éco-responsable
engagé pour une économie durable

LE BLOG

Les Petites Choses
Les gestes pour un quotidien
éco-responsable

 

Formulaire d'abonnement

 
  • Instagram
  • LinkedIn
  • Instagram


NOUS UTILISONS DES COOKIES AFIN DE VOUS PERMETTRE UNE EXPÉRIENCE OPTIMALE
ET DE VOUS PROPOSER  DES CONTENUS ADAPTÉS À VOS BESOINS
CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR +


I Mentions légales I Contact I

©2020 par Little BY Little. Créé avec Wix.com